Just a mirror for the sun

Publié le par Kejik

Deux heures que j'écoute la même chanson en boucle.
J'arrive pas à écouter autre chose parce que cette chanson représente exactement le sentiment dans lequel je nage depuis quelque jours.
Je ne suis pas triste. Mais pas joyeuse non plus.
Quand on me demande si ça va, je réponds que ça va parce que au fond, oui, ça va pas mal. Et de toute façon, même si je disais que ça n'allait pas, je ne saurais pas quoi dire si on me demandait ensuite pourquoi ça ne va pas.
A part dire : ouais ben j'ai perdu mon taf idiotement, je vois pas quoi m'apesantir dessus.
Je n'ai envie de rien, j'erre dans un monde de coton où je ne fais rien mais au moins, je ne souffre pas.
Et le pire c'est que je ne suis même pas triste ni en colère ou quoi.
Je suis vide. Creux.
Pourtant, j'arrive à sourire, hein. Je me surprends même à chanter de temps en temps.
Mais je me fous de tout. Plus rien n'a d'importance.
Quelque part, si j'avais encore la possibilité de ressentir quelque chose, je m'inquiéterais parce qu'on dirait une dépression puissance quinze avec suicide à la clé. Et même ça, qu'est ce que je m'en tamponne.

Alors, oui, il y aurait une solution : palrer de toutes les émotions que m'inspirent ce licenciement. Mais dire quoi ? Qu'en deux ans, je suis arrivée à changer de boulot quatre ou cinq fois et la plupart des fois pour une mésentente ?
Mais on le sait tout ça.
Que ça me déprime d'avoir à nouveau à affronter les recherches sur l'anpe, les envois de CVs, les lettres de motiv, les entretiens (si il y en a) et toute la nervosité que ça entraîne ?
Mais ça aussi on le sait !
Que je me remet en question en me demandant ce qui cloche chez moi ? Mais ça je ne le fais même plus, je sais ce qui cloche chez moi et je n'y peux strictement rien si ce n'est me mettre en permanence sous Lithium et de regarder le monde à travers un filtre indifférent à tout !
Et je le refuse.

Je pourrais essayer de pleurer une bonne fois pour toutes. Mais même ça, j'en ai pas envie.
Enfin si, maintenant que je le dis, j'en ai envie mais ça c'est de l'auto-apitoiement. Et c'est pas très constructif.

Alors je dors. Je passe tout mon temps de repos à dormir. Une vraie marmotte.
De temps en temps, je me réveille, je m'abrutis sur l'ordinateur ou sur la DS et puis quand j'ai fini, je zombifie devant la télé.
C'est pas constructif, je sais.
Mais  j'arrive pas à me reprendre en main.
Et venez pas me secouer, cette fois ce n'est pas la peine si ce n'est me pousser encore plus dans mes retranchements. Ce serait la meilleure manière pour que je me renferme encore plus dans ce monde éthéré.
Mais ne me parlez pas de compassion non plus. Parce que vous aussi vous avez vos problèmes et ça va, j'ai assez gonflé le peuple avec mon marasme.
Et puis ça va, hein...

Enfin je crois.

Publié dans La vie de Kejik

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Saiming 07/10/2008 16:48

Cette sensation de vide émotionnel, de rien ressentir malgré les grands coups dans la vie sans s'apitoyer.
Je pensais que j'étais anormal d'être indifférent à tout, les amis et la famille s'inquiétant beaucoup plus que moi à mes problèmes, réagissant de façon parfois iraisonné, me forçant à faire comme si tout allait bien pour les ménager.
Les mots que tu as écrit m'ont beaucoup soulagé et j'espère que ça s'est un peu arrangé depuis pour toi!
En tout cas, il ne faut jamais regretter et vivre dans le passé. Quoiqu'il puisse arriver, on fait avec, c'est le destin. On joue avec les cartes que l'on a en main et je suis sur que t'a de bons atouts! Bon courage!

Alice 28/09/2008 21:30

Ce genre d'état d'esprit, je connais bien. Cela fait bientôt un an qu'il rôde dans ma tête. Alors, que dire ... dors, ça fait du bien. Ecoute de la musique (même si ce n'est qu'une chanson en boucle). Bouquine (moi j'ai mis 6 mois avant de réussir à réouvrir un bouquin). Sors, vois des gens (des vrais) Et puis, mine de rien, au fur et à mesure, tu reprendras goût à la vie et le plus important ... l'envie de faire des choses (n'importe lesquelles).Bises

Sandy 28/09/2008 19:33

arfff tu me bats avec ton QI ! Je n'ai que 124, tss hihiAllez... ! comme tu n'es de toute évidence pas quelqu'un qui se définit par son travail et ne trouve du plaisir que là, et bien tant pis, tu en trouveras un autre. Ton équilibre à toi est ailleurs, dans l'écriture, et cela, personne ne pourra jamais t'en priver. Alors ressources-toi tranquillement dans ton petit monde et cherche un autre boulot sans te prendre la tête car finalement, le travail ne sera jamais qu'alimentaire, on peut rarement en attendre plus (sauf si tu deviens écrivain sous contrat hihi, c'est le seul endroit où joindre l'utile à l'agréable). Gros bisous

darkgouss 28/09/2008 18:42

Mmmmh... Au hasard, je tente "road trippin'" des red hot...C'est du moins ce que le titre de ton article m'évoque ^^Bizoux, courage bella....