Mon imagination...

Publié le par Kejik

... va finir par me tuer.
Pas parce que mon cerveau va finir par exploser tant j'ai d'idées mais surtout parce que elle me fout la trouille.
Pour une raison inconnue, j'adore les films d'horreur, me foutre les jetons d'une façon ou d'une autre et de voir des choses qui n'existent pas.
Pas tellement que je les "vois" vraiment mais le petit oeil dans mon cerveau me retranscrit très fidélement ce que j'aurais peur de voir.
Depuis la sortie de "Mirrors", j'ai qu'une envie, c'est d'aller voir ce film.
A savoir que je suis phobique des miroirs, à la base. J'en avais déjà parlé mais je vais m'étendre un peu plus.
Les miroirs ont toujours exercé une fascination pour moi. Petite, j'adorais me regarder dans les miroirs jusqu'au jour où je me suis retrouvée entre deux miroirs face à face. J'avais cinq ou six ans, à peu près. Mes parents étaient dans un grand magasin, en train d'essayer des vêtements et j'attendais sagement (ou presque) qu'ils aient fini.
Debout, voyant mon reflet à l'infini, j'ai eu soudainement un accès de panique. Et si une des ces nombreuses Kejik sortait soudain du moule et me faisait un geste, hein ? Et si chacune de ces Kejik étaient vivante dans une autre dimension ?
Depuis, j'évite les miroirs.
Dès que j'en voyais un, je détournais le regard, persuadée que si je continuais à regarder, je verrais des choses encore plus effrayantes que ce que mon cerveau produisait déjà.
Avec le temps, j'ai eu des périodes où je m'en souciais moins. Cependant, je n'ai jamais accordé plus de cinq minutes à mon reflet. Mais ce n'est pas seulement mon reflet qui me fout les jetons.
C'est aussi le périphérique. Si quelque chose apparaissait derrière moi, invisible à l'oeil nu mais visible dans ce bout de verre poli ? Comme des vampires inversés, en quelque sorte.
Et si quelque chose en sortait ?
Alors oui, je sais, ce n'est pas rationnel et tout et tout... Mais aucune peur n'est rationnelle, en soi. Et pourtant, si elles étaient bien plus rationnelles que ce que la science voulait bien nous faire croire ?
Il y a sur Terre (et sans doute ailleurs) des tas de choses que la science veut absolument rationnaliser mais au fond, que comprenons vraiment de l'occulte ? Que savons nous vraiment ?

Pour en revenir au film, je sais que je vais avoir les foies pendant des mois après le visionnage mais bon, ayant déjà vu les extraits qui me font baliser, autant aller jusqu'au bout de mon angoisse. Car ne pas savoir, au fond, c'est encore pire que d'être certain de l'horreur...

Publié dans La vie de Kejik

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

space freak 20/09/2008 14:14

Comme le disait Lovecraft "le sentiment le plus ancien et le plus fort de l'humanité est la peur, et la pire des peur est la peur de l'inconnu". J'aime bien cette démarche imaginative (consciente ou non) qui consiste à imaginer l'histoire avant de la voir, même si parfois on est un peu déçu. Quant à ce qu'on voit dans les miroirs et qu'on ne voit pas ailleurs, Dan Simmons avait écrit une nouvelle intéressante à ce sujet ("métastases" in "le styx coule à l'envers")