Flatulences (pets)

Publié le par Kejik

Amis de la poèsie, passez votre chemin.
Aujourd'hui, je vais vous parler de ces petits courants d'air qui nous traversent et qui ont un besoin impératif de sortir envahir le monde...
J'ai une vessie timide ce qui fait que j'ai beaucoup de mal à me soulager de façn générale. Ca me met toujours un peu dans l'embarras...
Mais ce qui est pire c'est que par contre, j'ai la flatulence régulière, ce qui ne fait pas que me mettre mal à l'aise. Voyez plutôt.
Quand je travaillais chez Caterpillar, à l'accueil, j'étais dans une guérite en face de hall d'accueil assez petit. Ce hall était divisé par un poteau de miroirs, rendant impossible de là où je me tenais, de savoir si quelqu'un se cachait derrière ou non.
Un jour, alors qu'il y avait pas mal de monde, je sentis un de ces traîtres se glisser le long de mes intestins et insister pour aller voir le monde de ses propres yeux.  Et puis pas un petit et mortel, non... Un que vous savez que quand il va sortir, il va démolir les murs tant par son odeur que par son volume sonore.
Je me retiens, je me retiens... Et là, plus personne dans la salle d'attente.
Avec une sorte de jouissance, je me laisse aller et effectivement, c'était un bon boulet de canon, un du genre foudre et tonnerre.
Je laisse même échapper un "fouyou" de soulagement.
Et forcément, vous devinez la suite...
Un employé arrive alors et me demande où est son visiteur. Celui-ci sort de derrière le poteau de miroirs et me fait un grand sourire avec un petit commentaire : "Chapeau !"
La discrétion et moi...
J'ai passé la journée à froler les murs, les joues cramoisies !

Croyeriez vous que cela m'aurait servi de leçon ?
En quelque sorte, oui. Depuis, j'essaie toujours de m'isoler pour évacuer ces petites humeurs désastreuses. Mais forcément, avec ma chance usuelle, il faut toujours que quelqu'un vienne me trouver pour me parler...

Aujourd'hui, ça n'a pas loupé. Hier, ce que j'ai mangé n'est absolument pas passé. Le genre de pet bien lourd de souffre, silencieux, létal, de ceux que même vous ne pouvez supporter (avouez le, quand c'est les siens, on n'est pas si incommodé...). J'ouvre ma fenêtre alors en grand, celle qui est juste au-dessus de mon bureau afin de libérer quelques chanceux quand ma collègue arrive, renifle l'air et me fait :
- Je peux fermer la fenêtre ? Il y a des refoulements d'égouts dehors et ça empeste le bureau...
Je n'ai jamais osé lui avouer que d'égouts, ce n'étaient que mes joufflus qui jouaient du pipeau...
J'ai passé la matinée à jouer à cache cache avec mes collègues mais ils n'arrêtaient pas de vouloir me papoter dans les coins discrets !
Bref, ma voiture est depuis zone sinistrée. Ainsi que la salle de bain. Et aussi les WCs dame du travail. Tout autant que l'ascenseur...

Quand je vous avais dit que pour la poèsie, c'était pas par ici...

Publié dans La vie de Kejik

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eussé 01/09/2008 17:23

Je te conseille d'aller vite voir le merveilleux documentaire de Benoit Poelvoorde sur le célèbre "prout au jus"... le plus mortel de tous les prouts...http://humour-fun.net/videos.print.119/poelvoorde-prout-au-jus.htmlBien amicalement,Eussé

moklaomax 29/08/2008 17:05

 A la flamme de kejik, un pet et puis tous s'embrasa!!!j'ai bien ris, merci merci